La retirada [carte postale] 

[Cet article complète les reportages sur nos rides dans les Albères.]

Au cours de l’hiver 1939, les troupes de Franco réalisent des percées décisives qui vont aboutir à la prise de Barcelone et la chute des Républicains. L’exode des espagnols voulant fuir le nouveau régime commence alors, dans un chaos indescriptible. La France garde ses frontières fermées pendant un moment avant de les ouvrir finalement, voilà qui résonne avec l’actualité de ces jours-ci. Au total, les Pyrénées verront passer des centaines de milliers d’hommes (500 000), de femmes, d’enfants venus d’Espagne. L’afflux est tel que les réfugiés sont entassés dans des camps dressés à la hâte, pour certains construits par les réfugiés eux-mêmes. Les camps sont disséminés le long de la frontière, de la Méditerranée à l’Atlantique. Les Pyrénées-Orientales en compteront plus d’une vingtaine.

Il existe à la Jonquère, de l’autre côté de la frontière à trois minutes du Perthus, un musée de l’Exil (http://www.museuexili.cat/index.php?lang=fr). Pour en savoir plus sur la Retirade, on pourra consulter la page très complète de Wikipedia sur le sujet (Retirada).

France Bleu Roussillon avait aussi consacré un reportage à la Retirada, à l’occasion des 75 ans de l’événement en 2014, qu’il est toujours possible de lire et d’écouter en ligne. https://www.francebleu.fr/infos/societe/75-ans-apres-le-douloureux-souvenir-de-la-retirada-1392974777.

Parmi les exilés de la Retirada figurait le grand poète Antonio Machado, mort de fatigue à Collioure. Une émission de France Culture en 2012 revenait sur ce pan de l’histoire et la fin du poète. http://www.franceculture.fr/emissions/latelier-de-la-creation-14-15/la-boite-aux-lettres-dantonio-machado

Enfin, vous pourrez consulter ce tableau sur Pinterest consacré aux documents liés à la Retirada. http://pin.it/yUOztZh

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *